Logo ARS


Monoxyde de carbone

Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz incolore et inodore, et donc indétectable par l’homme. Sa présence résulte d’une mauvaise combustion, et ce, quel que soit le combustible utilisé (bois, butane, charbon, essence, fuel, gaz naturel, pétrole, propane).

Ce gaz asphyxiant, très toxique, est absorbé en quelques minutes par l'organisme et, à forte concentration, peut conduire au décès. Il est ainsi la première cause de mortalité accidentelle par toxique en France.

Quelques chiffres...

En 2014 dans la région Pays de la Loire, 54 épisodes d'intoxication au monoxyde de carbone ont intoxiqué 129 personnes. 108 d'entre elles (84 %) ont été prises en charge par un service d'urgence hospitalier. Une personne est décédée.

Sur les 54 épisodes d'intoxication de la région, dont 36 sont survenus dans l’habitat, 7 en milieu professionnel et 3 dans un établissement recevant du public.

Le bilan 2014 des intoxications au monoxyde de carbone montre une stabilité des données avec des intoxications survenues majoritairement au domicile (67 % des épisodes), les chaudières étant les appareils à combustion les plus fréquemment incriminés dans les logements (50 %). Les principaux facteurs favorisants étaient :
- un défaut d’évacuation des gaz de combustion (retrouvé pour 64 % des appareils) ;
- un défaut d’aération de la pièce dans laquelle se trouvait l’appareil à combustion (pour 50 % des appareils) ;
- ou un défaut de l’appareil utilisé (36 % des appareils).

Contrairement à l’année précédente, il n’y a eu aucune intoxication liée à l’utilisation d’un groupe électrogène utilisé à l’intérieur d’une habitation.
En revanche, 3 épisodes en lien avec l’utilisation de brasero/barbecue ont été recensés : deux épisodes au cours desquels l’appareil avait été utilisé comme moyen de chauffage et un épisode avec un barbecue rentré à l’intérieur d’une pièce d’habitation sans avoir été éteint au préalable.

Pour plus d'information, vous pouvez télécharger le Bulletin de Veille Sanitaire complet ICI.

Les effets sur la santé :

Une fois inhalé, le CO va être facilement absorbé au niveau pulmonaire. Il va gagner la circulation sanguine et se fixer sur les globules rouges à la place de l'oxygène (l'affinité du CO pour l'hémoglobine est plus de 200 fois supérieure à celle de l'oxygène). Ainsi, les cellules bénéficieront d'une quantié d'oxygène moins importante et les différents organes fonctionneront au ralenti.

En fonction de la concentration en CO dans l'air, de la durée d'exposition et du volume d'air inhalé, l'intoxication peut se traduire par de simples maux de tête mais peut aussi conduire au décès.


Les symptômes non spécifiques de l’intoxication sont : Maux de tête, nausées, confusion mentale, vertiges, fatigue, perte de conscience, paralysie. Ils peuvent ne pas se manifester immédiatement. En cas d’intoxication, la prise en charge doit être rapide et peut nécessiter une hospitalisation.

Après l'évacuation des lieux, le traitement consiste donc en l'administration d'oxygène, éventuellement à haute pression (caisson hyperbare) pour les cas les plus graves.


En cas d'accident :


Pour éviter les intoxications au monoxyde de carbone :

Il convient de :

  • Faire systématiquement vérifier et entretenir les installations de chauffage et de production d'eau chaude ainsi que les conduits de fumée (ramonage mécanique) par un professionnel qualifié avant la période de chauffe ;
  • Maintenir les systèmes de ventilation en bon état de fonctionnement et ne jamais obstruer les entrées et sorties d'air, même par grand froid ;
  • Aérer son logement au moins 10 minutes par jour, tous les jours, même quand il fait froid ;
  • Respecter les consignes d'utilisation des appareils à combustion prescrites par le fabricant ;
  • Ne jamais utiliser de façon prolongée un chauffage d'appoint à combustion : ils sont conçus pour un fonctionnement court et intermittent. Les utiliser uniquement dans des locaux bien ventilés ;
  • Ne jamais utiliser les groupes électrogènes à l'intérieur et contre des bâtiments (notamment à proximité des prises d’air neuf et des ouvertures) – une distance de 8 m minimum doit être respectée.

Pour en savoir plus, vous pouvez écouter les spots audio de l'INPES à télécharger ci-dessous :

postX.png aeration aeration aeration aeration aeration aeration aeration aeration aeration aeration aeration aeration aeration aeration